François Avril

François Avril

1961

Depuis plus de trente ans, François Avril (Paris, 1961) évolue entre le monde de la bande dessinée et celui de l’Art Contemporain. De ses premières collaborations, dans les années 80, avec la presse magazine et l’édition jeunesse, à l’exposition de ses toiles en galerie, François Avril a développé un style et une écriture graphique forte. Bien qu’il n’ait réalisé que peu albums de bande dessinée au cours de sa carrière, Avril en retient la rigueur de la composition, la force du trait noir et la stylisation. Parallèlement à l’influence qu’a exercé le 9ème Art sur son travail, notamment Chaland ,Hergé, Moebius, Herriman ou Macherot, Avril accorde une grande attention aux œuvres de Saul Steinberg, Giorgio Morandi, Edward Hopper, Serge Poliakoff, Lionel Feininger ou Bram van Velde. Puisant son inspiration dans l’observation des villes et des paysages, François Avril livre à travers ses œuvres une vision poétique et renouvelée de la réalité. L’esthétique graphique et la rigueur de ses compositions ont fait de lui un artiste à l’identité remarquable. En dessin comme en peinture, les villes demeurent l’un de ses sujets de prédilection. Plus qu’une destination c’est l’idée d’une ville que François Avril aime raconter. Des jeux de construction, de perspectives et de lignes de fuite qu’il aime assembler. Adoptant le point de vue du promeneur solitaire, il recrée le décor d’une cité fantasmée où le temps et le bruit semblent s’arrêter. Une magie qu’il décline en différents lieux comme Tokyo, New-York ou Bruxelles. Finalement peu lui importe la destination, puisque celle qu’il représente n’existe pas. A l’instar des grandes cités, les côtes bretonnes nourrissent également l’œuvre de l’artiste. A la façon des villes qu’il rationnalise, les paysages d’Avril sont réinventés au profit d’une composition de volumes et de lignes harmonieuses. La mer est ainsi maitrisée, les falaises sculptées et les arbres structurés. L’imaginaire et le souvenir ont autant de place dans l’esprit de l’artiste que les lieux qu’il représente. Il serait alors difficile de ne pas voir dans un même paysage, plutôt que la Bretagne, peut-être l’Islande, l’Ecosse, la Grèce, l’Italie ou les côtes des Etats-Unis. Paysage intérieur ou ville-âme ? L’univers d’Avril s’équilibre entre réalisme et abstraction, entre ligne et volume, entre monochrome et couleurs. Une harmonie graphique subtile aux frontières fragiles. « Qu’il s’agisse de ville ou de paysage, je pars toujours de quelque chose de réaliste que je recompose pour créer des utopies. J’observe et c’est la mémoire qui fait son travail de sélection. De retour à mon atelier, je ne dispose plus que d’un résidu de ce que j’ai vu. Je ne garde qu’une composition forte et les détails disparaissent. C’est pour toutes ces prises de liberté avec mon sujet, réaliste, qu’on peut penser que je suis à la limite de l’abstraction. » François Avril. Les œuvres de François Avril sont régulièrement exposées à Paris, Bruxelles, Dinard, Milan, Genève ou Hong Kong, en galerie, dans les centres d’Art et foires internationales…

Source : Auteur

One-shots

Séries

Voir toutes les séries Voir moins de séries

Dernières parutions de François Avril

Prochaines sorties de François Avril

Cinéma (Avril)

Voir la série
Scénario, Dessin

Frank Margerin présente...

Voir la série
Dessin

One-shots

Scénario, Dessin, Couleurs, Texte

François Avril a collaboré avec :

Zep
Zep
Dessin, Couverture
Mazan
Dessin, Couverture